Les supporters de Nicolas Sarkozy

Publié le par Jean-Claude SAUNOIS

Argumentaire du jour

Parce que nous croyons en l’esprit d’entreprise, parce que nous voulons revaloriser l’effort et le travail, parce que nous entendons gérer les finances de la France de façon responsable, voici quelques engagements de Nicolas Sarkozy :

Nous engagerons des réformes pour améliorer l’efficacité et la productivité de l’État, avec comme objectif un gain annuel de 2 % de productivité soit 18 milliards d’euros d’économies.

Nous réduirons l’endettement public (le ramenant à 60% de la dette en 2012) et nous inscrirons dans la constitution l’interdiction du financement des dépenses publiques courantes par l’emprunt, celui-ci ayant vocation à financer les seules dépenses d’investissement.

- la candidate du PS ne propose rien pour réduire l’endettement public. Au contraire le programme du PS prévoit 49 milliards de dépenses nouvelles, dont 18 milliards financés par des impôts supplémentaires et 31 milliards sans financement… qui creuseront donc d’autant le déficit et la dette pesant sur les épaules de la jeunesse et des générations futures.

L’objectif à terme doit être de réduire de 4 points les prélèvements obligatoires pour ramener la France dans la moyenne des pays européens, ce qui reviendra à rendre près de 68 milliards d’euros aux Français, priorité devant être donnée à l’allègement des prélèvements sur le travail.

- Monsieur Hollande lui déclare que le Parti socialiste souhaite revenir sur les baisses d’impôts pour les ménages qui gagnent plus de 4 000 euros par mois et augmenter la CSG payée par tous.

La différence entre la gauche et la droite est claire : la droite ne renonce pas à l’objectif d’un allègement du poids des prélèvements obligatoires pour revaloriser le travail, améliorer le pouvoir d’achat, restaurer la capacité concurrentielle de nos entreprises et relancer l’économie. La gauche, elle, n’a pas renoncé à augmenter les impôts et les charges dans un pays qui bat déjà tous les records en matière de pression fiscale et de dépenses publiques.

Publié dans ump-combs

Commenter cet article